Auprès des usagers et professionnels des centres de santé de Grenoble.
14 avril 2017
Tout voir

Hier, Emmanuel Macron est venu à Montbonnot visiter le site de l’INRIA qui abrite et développe de nombreux projets innovants. I a ensuite rencontré des responsables du monde de la recherche et de l’enseignement supérieur, avant de prononcer un discours devant des acteurs de l’écosystème grenoblois, issus principalement du monde de l’université, de la recherche et de l’innovation, de l’entreprise. Un discours dans lequel il a dit sa détermination à ce que la France soit, demain plus encore, la très grande nation scientifique, ouverte et rayonnante, que notre histoire a forgée. A l’heure des « post-vérités », des « faits alternatifs », la science a une responsabilité sociale et sociétale majeure. Ce n’est pas anti-démocratique que de dire cela, c’est au contraire anti-démagogique. Il a bien sûr insisté sur l’Europe et l’ouverture sur le monde, il veut permettre aux chercheurs et aux institutions françaises de briller dans la compétition internationale, d’attirer les meilleurs universitaires et les meilleurs étudiants, construire sur cette base un rayonnement économique et culturel. Côté santé, il a annoncé son souhait de revoir complètement la sélection des étudiants en première année de médecine, le numérus clausus étant un outil inefficace et injuste. Une belle visite dans notre bassin grenoblois ponctuée par un bain de foule.